Home » Ordinateur » Sécurité » Montant $urprise sur facture Internet?

Montant $urprise sur facture Internet?

Il y a des surprises qu’on aime, comme être invité au resto quand on n’a pas le goût de se faire à souper, et d’autres… moins. Comme quand on reçoit une facture plus salée que d’habitude de notre fournisseur d’accès Internet, à cause d’une utilisation plus élevée que celle permise dans votre contrat. Effectivement, la majorité des gens ne pensent pas trop à vérifier ce genre de détails, simplement parce que dans bien des cas, on ne connaît pas le jargon. Non mais, c’est quoi un giga-machin-chose? Ça mange quoi en hiver, et pourquoi ça coûte aussi cher?

Facture surprise

Pour le prix, comme le disait Jean-Marc Parent, ça dépend en gros de l’appétit de nos fournisseurs (il parle de cellulaire et de l’Internet au camping en Floride, mais c’est dans la même ligne directrice). Certains sont raisonnables, d’autres ne se gênent pas pour partir avec un bras et une jambe. Examinons ça d’un peu plus près.

Kilo-octets, méga-octets, giga-octets, tera-octets, bla-bla-bla-bla-bla… aspirine.

Commençons par établir ce qui est mesuré ici : votre fournisseur vous facture un montant fixe mensuel pour l’accès à Internet, et à moins d’avoir une entente qui stipule clairement que la quantité de données qui transite de l’Internet vers vous (téléchargement ou download) et de vous vers l’Internet (téléversement ou upload) est ILLIMITÉE, il y aura des frais si vous dépassez le plafond (ou quota) qui vous est assigné. Ah. Le v’là le chat. C’est un peu comme savoir combien de kilomètres on peut faire avant de manquer d’essence. On s’entend que c’est quelque chose qu’il faut comprendre comme il faut si on ne veut pas rester pris sur le bord du chemin. Le hic, c’est que le « Internet-o-mètre » est pas nécessairement facile d’accès.  Il faut donc savoir c’est quoi un giga-octet, puis surveiller notre utilisation de l’Internet pour ne pas dépasser ce maximum. Un giga-octets, c’est un milliard d’octets. Un octet, c’est une unité de mesure de données, elle correspond en gros à un caractère, lettre ou chiffre. Une lettre « a » minuscule, c’est un octet. C’est sûr que si on parle d’un milliard d’octets, on est en droit de penser que ça en fait beaucoup, et c’est vrai. Pour mettre ça en perspective, une photo ayant une résolution suffisante pour imprimer en format 8″x10″ représente à peu près 5 méga-octets, donc un giga-octets représente 200 photos. Mais le pire bouffeur d’octets sur l’Internet est sans contredit la vidéo. Internet véhicule des vidéos, de la télé, des vidéos sur YouTube, Viméo, des émissions et des films sur Netflix, bref, il faut savoir que la vidéo que l’on regarde sur notre ordinateur, Apple TV, tablette ou téléphone intelligent utilise ce quota à vitesse grand V. Par exemple, une émission d’une heure en haute définition (HD) représente de 2 à 3 giga-octets de données numériques (parfois même plus, ça dépend de la qualité). Une seule petite heure. Imaginez si on regarde 2 heures de vidéo par jour, calcul rapide : 150 giga-octets pour un seul mois. Si on a un quota mensuel de 70 giga-octets, oupelaille, ça va faire mal. Chez le fournisseur dont je suis client, on nous facture 1,50 $ par giga-octet excédentaire. Un dépassement comme celui que je viens de décrire AJOUTERAIT donc 120 $ à votre facture! On s’entend pour dire que vous le sentiriez passer solide dans le budget.

NE POURRAIT-ON PAS NOUS AVERTIR?

Bon point : on est en droit de se demander pourquoi on ne se fait pas avertir par notre fournisseur? La réalité est que dans bien des cas le fournisseur nous avertit par courriel. Cependant, force est de constater que la plupart des gens utilisent plus souvent un compte hotmail, live.ca, outlook.ca (Microsoft), gmail.com (Google) ou Yahoo que le compte fourni par leur service d’Internet. Très souvent, les gens ignorent même l’existence de ce compte courriel. En conséquence, même si avertissement il y a, vous ne le recevrez que dans la boîte courriel qui vous est donnée par votre fournisseur d’accès Internet et de fait, vu que vous ne la consultez même pas, l’avertissement passe dans le beurre! C’est là que ça fait mal au portefeuille. Pour régler le problème de l’avertissement, je vous conseille de vérifier que vous avez accès à votre compte courriel de votre fournisseur et d’aller y jeter un oeil de temps à autre. Si gérer ça vous dérange (quoi? pas un AUTRE compte courriel?), appelez-les donc pour leur demander de diriger un tel courriel vers votre adresse courriel préférée. Attention, comme j’ai pu le constater, ce n’est pas parce que vous avez choisi de recevoir votre facture en ligne que l’avertissement va atterrir dans la même boîte à malle.

COMMENT SE FAIT-IL QU’ON UTILISE AUTANT DE DONNÉES MAINTENANT?

Une des raisons qui fait que ça peut arriver sournoisement sans qu’on s’y attende, c’est que notre usage de l’Internet a changé avec le temps. D’une part, nos ordinateurs téléchargent fréquemment des mises à jour pour réparer des failles de sécurité et faire des modifications plus importantes. Par exemples, ceux qui sont passés à Windows 10 récemment ont dû télécharger un peu plus de quatre giga-octets juste pour l’avoir en fonction. D’autre part, il y a quelques années, des annonces en vidéo qui démarrent automatiquement, ou des vidéos sur Facebook qui font la même chose, ça n’existait pas! Depuis l’arrivée de Netflix, Tou.tv, YouTube et autres, on utilise de plus de bande passante (traffic Internet) que jamais auparavant. Du coup, notre consommation en giga-octets explose sans qu’on le voie venir. D’autre part, toutes les personnes qui viennent en visite chez vous et à qui vous donnez votre mot de passe WiFi vont utiliser cette bande passante. Dites-vous bien que cette permission va être effective tant que vous ne changerez pas le mot de passe. Si vos amis, neveux et nièces décident d’utiliser votre connection pour de la vidéo, allo la surprise! Ça peut être le signal qu’il faut retourner voir sur le site de votre fournisseur et magasiner un forfait qui vous donne un quota plus élevé, voire illimité (mais qui coûte plus de $$$).

MAIS SI CE N’EST VRAIMENT PAS VOUS?

Si vous (et personne d’autre chez vous) ne consommez JAMAIS de Netflix, YouTube, ou autre vidéo en ligne, alors, ces giga-octets sont passés où?

Je vous le donne en mille : on vous les a volés! Il ne faut pas perdre de vue qu’aujourd’hui, on utilise beaucoup le WiFi. Toujours pour alimenter les appareils mobiles, comme les ordinateurs portables, tablettes et téléphones. Ce signal est visible tout autour de votre maison, et quelques fois jusqu’à 300-450 pieds de distance. Si vous voyez le nom de votre réseau, vos voisins le voient aussi. Vous me voyez venir? Si un petit malin du voisinage a accès à votre mot de passe, ou que la sécurité du WiFi n’a pas été activée, ou que le mot de passe est facile à deviner (par exemple, le nom du réseau WiFi est votre nom à vous, et le mot de passe est soit votre adresse ou numéro de téléphone par exemple), il est possible que quelqu’un près de chez vous, sans même être dans votre maison, siphonne vos données. Comme il ignore le type d’entente que vous avez avec votre fournisseur (et avec une éthique comme celle-là, on va se dire les vraies affaires : il s’en fout!), il vous vole de la bande passante en consommant ses vidéos et trafic Internet sur votre dos. Il est probable alors que votre meilleur recours soit de vérifier les paramètres du WiFi et s’assurer que le routeur est bien sécurisé. Cependant, ça peut être un parcours du combattant, c’est presqu’un cours en soi. Les modèles récents viennent avec une étiquette qui indiquent le nom du réseau sans fil (SSID) et un mot de passe déjà programmé. Il est évident que le nom du réseau est un truc bizarre qui n’a aucune chance de ressembler à votre nom, et le mot de passe ne va pas être aussi simple qu’un numéro de téléphone. Mais ça n’a pas toujours été comme ça! Il fut un temps pas si lointain où rien de tout cela n’était préprogrammé, et ça prenait quelqu’un de plutôt ferré pour arranger tout ça. Mon expérience avec les programmes qui étaient livrés avec le routeur pour paramétrer l’engin m’indique que ce n’est pas toujours le meilleur niveau de sécurité qui est activé, j’ai donc plutôt tendance à faire un paramétrage manuel. Dans votre cas, c’est probablement le temps de sortir le manuel d’instructions et le CD d’installation (s’il en venait un avec la bête), et d’aller voir quelles informations peuvent vous diriger sur le site de votre fournisseur d’accès Internet. Chez Cogeco on nous montre les détails que pour leur modem avec connection WiFi intégrée, tandis que chez Vidéotron on trouve un article plus détaillé pour des routeurs du marché. Bien entendu, ça varie d’un fournisseur à l’autre, et ça dépend aussi si le WiFi fait partie de l’offre du fournisseur, comme chez Bell par exemple. Comme la technologie évolue constamment, on n’aura plus besoin d’un routeur à part pour tout brancher à l’Internet avant longtemps, tout va être intégré dans le MODEM installé par le fournisseur. Il faudra juste se souvenir de dire au technicien de ne pas mettre notre nom et numéro de téléphone comme clé… 😉

Je serais curieux de savoir si vous avez déjà eu cette surprise?

Commentez ci-dessous, et partagez l’article s.v.p.

Pensez aussi à vous abonner au site!

Post Tag With : ,

2 Responses so far.

  1. Marlène Lapointe dit :

    Merci Marc. J’appelle Videotron dès demain pour qu’ils m’envoient mes avertissement sur mon courriel ordinaire.

  2. Lise Menard dit :

    Bravo Marc, je conserverai tes infos lettres dans mes notes comme référence.
    Lise

Laissez un commentaire ci-dessous

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.